Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

moulin à farine, puis fonderie, actuellement maison

Dossier IA04000467 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinations maison
Parties constituantes non étudiées bief de dérivation, étable, atelier de fabrication
Dénominations moulin à farine, fonderie
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Entrevaux
Hydrographies Var dérivation du
Adresse Commune : Castellet-lès-Sausses
Lieu-dit : le Plan
Cadastre : 1818 C 211 ; 1983 C 239

La carte militaire de Bourcet de La Saigne (1764-1765) indique qu'un moulin se trouvait à cet emplacement. En 1854, Rosé Laugery dépose une demande pour aménager à sa place une fonderie de plomb, qui a fonctionné quelque temps avec du minerai importé du Piémont à dos de mulet. Mais dès 1859, alors que sa demande était enfin acceptée, il a renoncé à son usine qu'on accusait de trop polluer. Un témoignage oral semble indiquer que c'est alors vers la fonte d'autres minerais qu'il s'est tourné. La transformation radicale des bâtiments de l'ancien moulin date probablement de cette époque, et a consisté à englober, au nord et à l'est, l'ancien bâtiment du moulin. L'ensemble, aujourd'hui converti en habitation, n'a conservé qu'une partie de son dispositif et de rares vestiges de sa machinerie.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle

Le site se compose de 4 bâtiments. Isolé, le plus petit bâtiment est un long rectangle que longe au nord le canal de dérivation. La maçonnerie montre clairement qu'’il a été agrandi. L'étage de soubassement voûté en berceau plein-cintre est accessible par une porte charretière au sud. Le rez-de-chaussée a son accès à l'ouest. Il est ouvert sur l'extérieur par des baies percées dans les trois autres élévations. L'élévation sud conserve, murée, une petite ouverture en plein-cintre, qui pourrait avoir été aménagée pour un canal de fuite. Un grand escalier en maçonnerie descendant entre l'élévation ouest de ce bâtiment et le canal de dérivation, relayé par une cour et une rampe pavées, conduit vers deux autres bâtiments contigus situés en contrebas. Le premier bâtiment, au centre de l'ensemble, a conservé, à l'étage de soubassement, la chambre voûtée en berceau plein-cintre qui contient encore la roue horizontale à axe et pales métalliques. A l'extrémité ouest, l'autre bâtiment a abrité une seconde roue, en bois celle-là, qui subsiste, à l’'état de vestiges, dans sa chambre voûtée en berceau plein-cintre. Entre ces deux roues et donc entre ces deux ensembles de mécanismes, un bâtiment intermédiaire sert de liaison. Au rez-de-chaussée, ce bâtiment intermédiaire abrite une étable précédée d'un porche dans-oeuvre. Autour de l'édifice, le terrain est nivelé en terrasses soutenues par des murs, dont certains avec escalier incorporé. Des traces de consolidation en ciment sont très visibles dans les deux chambres des roues.

Murs calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages étage de soubassement, 1 étage carré
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
Couvertures toit à longs pans
Énergies énergie hydraulique roue hydraulique horizontale
États conservations établissement industriel désaffecté, restauré

moulins à farine

nombre de roues 1
sens de la roue horizontale
matériaux de la roue sans objet
diamètre de la roue sans objet
type de meules sans objet
présence d'un four sans objet
présence d'une cuve de charge non
présence d'un resevroir CN non
présence d'une cuve de charge CN non
position sur le canal d'amenée CN unique
longueur du canal d'amenée en dizaine de mètres CN 110
distance séparant le moulin et le bourg dont il dépend en dizaine de mètres CN 100
orientation du bâtiment CN autre
plan du bâtiment CN complexe
date de réalisation du cadastre napoléonien 1818
Statut de la propriété propriété privée, []

Références documentaires

Documents figurés
  • Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. / Dessin à l'encre sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778. Echelle 1/14000e. Cartothèque de l’Institut Géographique National, Saint-Mandé : CH 194 à 197.

    Détail de la feuille 194-11.
  • Règlement de la fonderie de plomb du Sieur Laugery [...] Plan. / Pochin, dessin à l'encre sur papier, 6 avril 1859, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : S 947.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Buffa Géraud - Laurent Alexeï - Sauze Elisabeth